Quelle solution choisir pour sa retraite ?


Ne devoir renoncer à rien à la retraite ! La solution la plus rentable ?


En cette période morose, le troisième pilier offre une opportunité non dénuée d’intérêt dans le cadre de la préparation d’une retraite. Le vieillissement de la population et la détérioration des finances publiques laissent en effet planer de nombreuses incertitudes sur l’avenir financier de l’AVS et les récentes turbulences boursières ont ébranlé le deuxième pilier, dont les performances sont désastreuses.

L’ensemble de ces facteurs font que la prévoyance individuelle est actuellement en forte progression. Ce n’est donc pas un hasard si les compagnies d’assurances ont diversifié leurs produits et si les banques ont augmenté leur offre, à tel point qu’il est devenu pour un petit épargnant difficile de s’y retrouver dans la jungle actuelle des produits proposés.

Sur le plan fiscal, le troisième pilier lié (3a), possède de nombreux atouts. Tout d’abord, les versements faits à titre de prévoyance individuelle liée sont déductibles du revenu. Les personnes affiliées au deuxième pilier peuvent ainsi déduire de leur revenu annuel jusqu’à CHF. 6’826.- (état 2019). Quant aux personnes qui ne possèdent pas de caisse de pension, elles ont le droit de déduire un montant allant jusqu’à 20% de leur revenu annuel maximum, sans toutefois excéder CHF. 34’128.- (état 2019).


La prévoyance 3A paie !

Le couple “Durant” est marié, et a deux enfants, il réalise un revenu annuel de CHF. 85’000.-. Les impôts qui en découlent s’élèvent à CHF. 18’384.-. Si le couple verse une prime annuelle de CHF. 6’077.- à titre de prévoyance “3A”, une économie d’impôts annuelle de CHF. 1’842.- sera réalisée.

Une protection optimale avec une assurance-vie adaptée

Quelques avantages !

Garantie des moyens de subsistance pour vous et vos proches. Couverture mutuelle des partenaires et des partenaires commerciaux. Complément sur mesure des prestations insuffisantes des 1er et 2e piliers. Garantie des remboursements de prêts. Financement garanti de la propriété du logement et des hypothèques. Libre choix des bénéficiaires. Revenu de remplacement en cas d’incapacité de gain. Libération du paiement des primes en cas d’incapacité de gain. Avantages fiscaux intéressants. Privilège successoral. Privilège en cas de faillite et de poursuites. Capital-décès ou rente en cas de décès.

Couverture selon vos besoins

Croissance du capital et protection, l’assurance-vie est un produit particulièrement bien adapté dans des périodes de turbulences comme celle que nous traversons actuellement. Plus de trois milles produits à votre disposition ! Des possibilités presque infinies. Pour établir votre stratégie personnelle, vous avez besoin d’une offre personnalisée, en parfaite adéquation avec vos projets d’avenir et votre sensibilité. Lors d’un entretien personnalisé, nous analyserons et discuterons avec vous de vos besoins de prévoyance individuels. Nous élaborerons ensemble une solution de prévoyance optimale. Prenez contact avec nous pour un entretien sans engagement.

Analyse de vos besoins

Planifier votre retraite suffisamment tôt, c’est le meilleur investissement que vous puissiez faire pour votre avenir. L’objectif, c’est de pouvoir conserver votre niveau de vie au terme de votre vie professionnelle et jouir sans souci de votre retraite. Pour continuer à satisfaire vos envies une fois à la retraite, vous devez couvrir durablement vos besoins financiers. Si vous souhaitez prendre une retraite anticipée, vous avez intérêt à examiner à l’avance les implications financières. Avez-vous déjà imaginé quel sera vos besoins financiers à la retraite ? Avez-vous imaginé une retraite anticipée ? Avez-vous choisi entre un capital ou une rente ? Avez-vous imaginé de repousser votre départ à la retraite ? Pour une analyse personnalisé et convenir d’un entretien contactez-nous.

Ce type de prévoyance n’est pas imposé jusqu’à son échéance. En clair, le capital accumulé et les intérêts échappent au fisc durant toute la durée du contrat et n’entrent pas en considération dans le calcul de l’impôt sur la fortune. C’est uniquement lors du versement des prestations que l’argent encaissé devient imposable comme revenu. Mais pas de panique ! Les taux sont avantageux: l’impôt payé lors de la perception du capital étant en effet moins élevé que l’ensemble des économies accumulées au cours des années.

En matière de prévoyance liée, la solution fiscalement la plus attractive consiste souscrire une assurance vie combinée avec une dette hypothécaire. Grâce à l’amortissement indirect, l’avantage fiscal demeure maximal. Plutôt que de verser périodiquement les intérêts du prêt hypothécaire, une somme équivalente est portée sur la police d’assurance et cela durant toute la vie active. Et en cas de décès prématuré, le capital assuré sera versé à la famille, ce qui lui permettra d’amortir immédiatement la dette hypothécaire.

L’assurance vie présente des avantages non négligeables.

En matière de droit successoral, les prestations en faveur des bénéficiaires ne tombent en principe pas dans la masse successorale.

Le contrat d’assurance vie ne peut pas faire l’objet d’une exécution forcée. Là encore, la prestation est versée au bénéficiaire, même en cas de faillite de l’assuré.

Les compagnies d’assurances offrent aujourd’hui des contrats liés à des fonds de placement dont la rentabilité (pour la part de la prime qui ne couvre pas le risque décès ou invalidité) est plus ou moins comparable à celle affichée par les banques. Cependant, dans le cas de l’assurance liée à des fonds de placement d’une durée d’au moins dix ans, une garantie minimale de 2,5% d’intérêts est octroyée, contrairement à ce qui se pratique avec les produits bancaires.

Si souscrire un contrat de prévoyance liée donne droit à des allègements fiscaux, cela suppose aussi certaines contraintes. Le capital épargné ne peut ainsi être libéré que cinq ans au plus tôt avant l’âge limite de l’AVS. Impossible également d’obtenir un versement partiel pendant la durée du contrat, bien qu’il existe quelques exceptions, notamment pour acquérir son propre logement ou amortir une dette hypothécaire (une option qui favorise l’accès à la propriété) de même qu’en cas d’invalidité à 100% ou si l’on souhaite s’installer comme indépendant, ou encore s’établir définitivement à l’étranger.

Celui qui choisit de contracter une assurance de prévoyance liée doit être conscient du fait qu’il devra s’acquitter du versement des primes durant toute sa vie active. Autrefois, en cas de difficultés financières passagères, notamment en cas de perte d’emploi, une suspension momentanée du paiement des primes était plus facile à négocier avec un banquier plutôt qu’avec un assureur. Aujourd’hui, les compagnies d’assurances ont corrigé ce manque de souplesse qui leur était souvent reproché. Certaines d’entre elles proposent à présent des concepts qui tiennent mieux compte des bouleversements pouvant survenir dans l’existence de leurs assurés. Un assuré peut donc décider durant toute la durée du contrat quelle part de prime il souhaite investir dans la prévoyance liée et quelle part il destine à la prévoyance libre. En clair les cotisations versées au titre de la prévoyance liée peuvent être adaptées, à tout moment et pour quelque raison que ce soit, à un changement de situation dans la vie de l’assuré. Ce genre de produit est surtout réservé aux indépendants sans prévoyance professionnelle ou aux jeunes mères qui interrompent leur travail après la naissance de leur enfant. Cet instrument est aussi intéressant pour les personnes qui souhaitent séjourner plus d’un an à l’étranger, dans le cadre de leur formation professionnelle par exemple, ou qui désirent simplement s’octroyer une année sabbatique.